Ken Park

Hulk

Hulk est le énième comics porté à l'écran. L'univers "super héros" est très bien respecté par Ang Lee, la réalisation ressemble à une BD avec split screen, incrustations, multiple fondus... C'est très original au début, ça en devient déroutant au milieu du film (notamment avec la cassure de la ligne d'or du cinéma) et lassant à la fin. Hulk quand à lui est techniquement très réussi et réaliste (merci Denis Murren d'avoir quitter l'Episode 2 pour réaliser les effets du film). Côté histoire, aucune surprise, le héros (super) est torturé, très torturé et là où Sam Raimi s'en été très bien sorti pour Spiderman, Ang Lee s'écrase (certainement à cause du poids de son personnage :) L'histoire est trop longue à démarrer, le héros n'est pas très attachant (pas évident de s'identifier à cette boule verte...) Côté interprétation on se croitait dans une pub pour le Géant vert (oh oh oh). A noter un dénouement entre père et fils déplorable.

Lire la critique

Adaptation

Othello 2003

Que dire de ce énième AdoMovie ? Que Josh Hartnett est comme à son habitude... décoiffé :)
Sans être exceptionnel (loin de là) le film se laisse regarder. La mise en scène n'a rien de révolutionnaire, les acteurs jouent juste mais que pourrait on leur demander d'autre avec une histoire aussi pauvre... Le schéma est classique, la jalousie d'un jeune riche face à un pauvre talentueux.
Les bombes féminines habituelles de ce genre de film ne sont pas présentes, ce qui finira d'anéantir pour certains l'intérêt d'Othello 2003 :)
A conseiller donc aux fans de Josh Hartnett.

Lire la critique

Phone game

Snowboarder

Dardevil

Ma vraie vie à Rouen

C'est l'histoire d'Etienne, jeune patineur et de sa famille. Pour son seizième anniversaire il reçoit une caméra numérique. Tour à tour, Etienne, sa mère, sa grand-mère, son prof et son ami... filment leur quotidien.
J'ai trouvé ce film très intéressant. L'interprétation est excellente, Ariane Ascaride est divine, très naturelle (elle n'a malheureusement plus son accent marseillais...). Jimmy Tavares quand à lui joue très juste. Pour une première apparition au cinéma, c'est plutôt pas mal !
Ce qui est encore plus intéressant c'est que la caméra est un des personnages de l'histoire. C'est plus qu'une vision subjective! Elle est complètement intégrée. Les acteurs ne regardent d'habitude jamais l'objectif, là c'est le contraire, ils parlent avec elle.
Le tournage en numérique n'enlève rien. La qualité de l'image, son format (c'est presque du 4/3) et le manque de stabilité ne m'ont pas dérangé (contrairement à Dancer in the dark).
Cette façon de filmer (sorte de tourné-monté) est très originale, cela donne par moment des effets assez marrant comme la scène de Pixellisation.
Selon l'humeur d'Etienne, la caméra est voyeuriste, crue, marrante, attendrissante, grave tout en restant toujours très optimiste. Etienne est en pleine adolescence et nous fait découvrir son monde.

Lire la critique

Elephant

Elephant est un film excellent ! Je l'avoue, il m'a fallut quelques jours et lire plusieurs interviews de Gus Van Sant pour pouvoir me décider. Je suis sorti du film un peu frustré, je m'attendais peut être à plus d'explications sur ce fait divers. Mais l'esthétique, l'ambiance et le joué vrai des personnages l'a emporté sur mon premier sentiment. Le réalisateur souligne par la banalité de ce qu'il filme toute l'attrocité de ce qu'il s est passé ensuite. Il laisse le spectateur libre arbitre, n'essaye pas de lui dicter ce qu'il faut en pense en ajoutant des monologues inutiles. J'adore ce réalisateur !!! Sa réalisation frôle le parfait.

Lire la critique

Jeux d'enfants

Les Egarés

8 Mile